Aspérule odorante - manger des plantes sauvages

Pourquoi et comment manger des plantes sauvages ? 6 bonnes raisons de manger des plantes sauvages !

Ah ! Tu te sens l’âme d’un aventurier et toi aussi tu veux goûter à ces fameuses plantes sauvages ? Ou au contraire, tu te demandes bien d’où vient cette idée saugrenue ! Alors pourquoi manger des plantes sauvages, et comment manger des plantes sauvages !? On te dit tout 😉

orties plantes sauvages comestibles

On parle bien ici de plantes sauvages COMESTIBLES ?

Oui, on le précise – parce que sinon cet article n’a aucun sens !

Pourtant c’est important de commencer par là … car même s’il existe près de 1000 plantes sauvages comestibles autour de nous, on compte aussi 300 espèces faiblement toxiques (allergies, troubles digestifs) ou mortelles (défaillances cardiaques, empoisonnements, ..).

Alors attention ! On t’a fait un rappel plus bas des précautions à prendre avant de partir en cueillette, et les bonnes pratiques pour une cueillette responsable.

Donc, pourquoi manger des plantes sauvages ?

Bah, il faut quand même commencer par un ..

Jadis … on n’avait pas trop le choix ! A défaut de légumes cultivés, les Hommes se nourrissaient de ces plantes qui recouvrent nos campagnes. Ils en avaient la connaissance et elles leur apportaient quasiment tout ce dont ils avaient besoin. Mais ça, c’était avant que l’on considère que manger des légumes cultivés était bien plus classe que les plantes sauvages !

chasseur cueilleur

Inventée en 10 000 avant JC, l’agriculture a changé nos assiettes, mais aussi notre Société. En effet, cette invention a coupé le monde végétal en 2 :

  • “les bonnes herbes” : celles que l’on cultive, que l’on choie, que l’on arrose
  • et les “mauvaises herbes” : ces sauvages qui poussent partout et qui s’acharnent à s’installer sans y être invitées.

Cette scission a eu pour effet de couper la Société en 2 … En mettant des légumes cultivés dans leurs assiettes, les petits seigneurs du Moyen-âge souhaitaient montrer leur supériorité, et à la Renaissance, plus aucune plante sauvage ne garnissait les assiettes des puissants alors que les pauvres, eux, s’en nourrissaient encore très largement, à défaut d’argent pour acheter des légumes cultivés.

plantes sauvages

La connaissance des plantes sauvages et de leur utilisation s’est peu à peu perdue, et finalement aujourd’hui il n’en reste pas grand chose. Heureusement certains ont pu conserver ces connaissances et s’attèlent aujourd’hui à les diffuser, comme :

Francois Couplan
François Couplan, parrain du projet

Les plantes sauvages réservent bien des surprises à ceux qui sont attentifs à la qualité nutritionnelle, à la provenance, à l’impact, au sens et au goût de leurs assiettes !

1) Des plantes nutritives

Les plantes sauvages sont bien plus nutritives que les plantes cultivées.

Ce sont même pour beaucoup des bombes nutritionnelles : des super aliments riches en vitamines, en protéines facilement assimilables, en minéraux, et en fibres. Il faut dire qu’elles poussent spontanément sur le terrain qui leur convient le mieux et en profitent donc pleinement ! Les plantes cultivées, elles, sont généralement très riches en eau et sont donc techniquement moins concentrées.

Pourquoi manger des plantes sauvages - orties
Pourquoi manger des plantes sauvages – orties

Décrypter les nutriments de l’ortie montre à quel point la nature est généreuse à travers les plantes sauvages :

  • des protéines complètes équilibrées en acides aminés : idéal donc lorsqu’on souhaite végétaliser son assiette !
  • des vitamines : Vitamine A (essentielle pour la santé des yeux, la croissance cellulaire, l’immunité et la santé de la peau), Vitamine C (7 fois plus que l’orange ! ) ou encore Vitamine K (cruciale pour la coagulation sanguine, la santé des os et la régulation de la calcification des tissus).
  • des minéraux : du fer (2 fois plus que dans les épinards), du calcium (presque autant que dans le fromage), du magnésium, du potassium

Pour en savoir plus sur l’ortie, consulte notre article sur les 5 bonnes raisons de manger des orties

2) Des plantes sauvages bienfaisantes pour la santé

La plupart des plantes (comestibles) qui nous entourent sont classées comme plantes médicinales. Elles présentent de larges spectres de propriétés qui peuvent nous accompagner au quotidien.

Chaque plante possède des propriétés différentes qui aux molécules qui les composent et qui se logent dans leurs feuilles, leurs racines, leurs fleurs, ou encore dans leurs fruits et graines. Purifiantes, digestives, expectorantes, fébrifuges, … Nous avons fait un petit lexique bien pratique sur les principales propriétés médicinales – vas donc jeter un oeil 😉

3) Des plantes sauvages : locales et qui poussent sans intrants

Les plantes sauvages poussent juste là, il n’y a qu’à se baisser ! Il n’y a pas plus local ! Alors si tu es sensible à la provenance de ce que tu mets dans ton assiette, fais une place aux plantes sauvages !

Les plantes sauvages poussent spontanément : elles n’ont ni besoin d’engrais, et encore moins de pesticides ou d’herbicides.

Les plantes sauvages que nous utilisons dans la fabrication de nos épices françaises et aides culinaires viennent du jardin de nos Jardiniers Adhérents. Nous les avons sélectionnés pour leur jardin naturel et préservé de toute pollution, et parce que leurs pratiques sont bienveillantes pour la biodiversité et les ressources. Nos Jardiniers sont eux même consommateurs de leurs plantes et sont en recherche d’autonomie alimentaire.

zaatar des mauvaises graines
Zaatar des mauvaises graines
5) Des plantes sauvages bienveillantes pour la biodiversité

Laisser les plantes sauvages se développer sur sa parcelle aide à régénérer les sols et la biodiversité.

Ils trouvent dans cet environnement de quoi se nourrir, de quoi nicher, de quoi se reproduire : elles sont donc de véritables berceaux protecteurs pour la faune qui en a bien besoin aujourd’hui !

Les plantes sauvages sont également bienfaisantes pour le sol. Elles aident à le reconstruire et à le restructurer, et cette couverture végétale protège des intempéries et de la sècheresse, et aide l’eau à pénétrer en profondeur.

La multitude d’espèces et de variétés qui compose une parcelle sauvage aide à la résilience de l’écosystème. En effet, elles s’entraident et se protègent les unes les autres. On peut prendre l’exemple des systèmes racinaires pour le comprendre : les plantes aux racines pivotantes décompactent le sol et puisent l’eau en profondeur, celles ayant des racines en surface contribuent elles à protéger le sol et à nourrir les micro organismes vivant dans cette couche supérieure.

biodiversité jardin sauvage
6) Des plantes sauvages absolument délicieuses !

Et s’il faut un dernier “pourquoi manger des plantes sauvages” pour te convaincre, voici l’augment massue : elles sont vraiment délicieuses.

Elles apportent des saveurs tout à fait originales aux plats, et peuvent même ressembler aux épices que l’on a l’habitude d’importer du bout du monde ! Et oui, l’Hélichryse a des saveurs de curry, le mélilot rappelle la vanille, et les feuilles de figuier ont des parfums de lait de coco. Voilà enfin une alternative locale à tes épices 😉

Chips de fanes de carottes
Chips de fanes de carottes sauvages

Les plantes sauvages ont tout bon

Lorsque nous avons réalisé que les plantes sauvages répondaient à tous nos besoins modernes mais qu’elles étaient totalement absentes de notre alimentation, nous avons eu envie de leur (re)faire une place dans nos assiettes !

Mais notre vie d’aujourd’hui ne ressemble pas à celle de nos ancêtres paysans !! Nous avons donc eu envie de faire des aides culinaires ultra pratiques, et aux saveurs originales et modernes, qui s’utilisent très facilement pour la cuisine du quotidien.

Impensable pour nous de dégrader ces belles plantes à coup de sel, de gras saturé, de texturants, de colorants, de conservateurs … nous donc avons imaginé chaque produit avec des ingrédients 100% naturels, pour qu’ils soient sains, tout en étant riches en goût et en plaisir !

Nous aimons aussi jouer avec les saveurs exotiques et réinterpréter les mélanges traditionnels de là-bas avec des ingrédients 100% Français. C’est pourquoi nous avons imaginé un zaatar franchouillard, des gomasios sans sésames hauts en saveurs, ou encore des sucres fleuris qui remplacent ce bon vieux sachet de sucre vanillé. Balade toi donc dans notre boutique en ligne !

Et parce que les plantes sauvages de nos Jardiniers sont d’une qualité hors du commun et qu’elles sont idéales en infusion nous les proposons également en plantes entières ou en poudre sur notre site.

LE JARDIN E(S)T LA RECETTE, est une entreprise sociale et solidaire dont la mission est de créer une filière qui valorise les plantes sauvages du jardin. A travers nos épices 100% françaises et nos mélanges aromatiques nous développons un modèle alimentaire régénératif pour la Société et la Biodiversité qui encourage le retour à la paysannerie, l’alimentation saine, naturelle et locale, et la biodiversité par le réensauvagement des parcelles.

Pesto sec d'orties
Pesto sec d’orties

Pour en savoir plus sur l’initiative, c’est par là .. et si tu veux nous encourager, c’est facile : sors du rang, et mets t’en sous la dent !

Comment reconnaître les plantes sauvages comestibles

La cueillette est une activité passionnante mais qui n’est pas à prendre à la légère ! Plusieurs règles s’imposent pour la santé et la préservation des écosystèmes.

La règle N°1 en cueillette est d’être sûr de reconnaitre la plante à 200% ! Il est donc indispensable d’avoir étudié la plante sous toutes ses coutures avant de se lancer.

De nombreux recueils existent, mais aussi des formations super bien faites pour tous les niveaux de connaissance. On aime particulièrement :

Si tu n’y connais rien, prévois plusieurs promenades à différentes saisons pour une première sensibilisation. Cela te permettra d’observer la plantes à tous ses stades de développement et donc d’être sûre de la reconnaitre !

Avant de partir en cueillette de plantes sauvages

Où et quand cueillir des plantes sauvages

L’aventure des plantes sauvages dépend de ta région et de la saison. Les feuilles sont plus abondantes au printemps, les fleurs s’épanouissent en été, les fruits et les graines se cueillent en fin d’été et au début de l’automne. Les fruits à coque varient en fonction de la variété. Certaines plantes poussent en montagne, d’autres en forêt, et certaines aiment les zones humides.

Tu peux même en trouver près de chez toi. Certaines poussent dans ton jardin, comme les pâquerettes et les pissenlits. Tu peux également cultiver certaines plantes sauvages sur ton balcon, comme les pensées ou les herbes aromatiques.

Pour éviter les problèmes, ne cueille pas près des routes, des voies ferrées, des usines, ou des décharges, pour éviter la pollution. Évite également les champs récemment traités avec des pesticides. Choisis des zones de cueillette en fonction des risques potentiels.

Quel équipement pour cueillir des plantes sauvages

Ton équipement ? Garde-le simple : une paire de ciseaux, des gants, un panier ou des sacs, des contenants pour le transport, et un guide d’identification des plantes. Limite ta cueillette à ce dont tu as vraiment besoin et adopte des méthodes éthiques pour préserver les espèces.

La réglementation de la cueillette en France:

Demande toi aussi si tu as le droit de cueillir ! Il est interdit de cueillir des plantes sauvages sur des parcelles privées, et dans certains lieux préservés et protégés (réserves naturelles). Certaines plantes, très fragiles ou menacées sont protégées et ne doivent pas être cueillies pour permettre la régénération de l’espèce. Prends le temps de consulter les arrêtés préfectoraux et les cartes des zones protégées pour éviter les problèmes.

C’est à toi de te renseigner car cela n’est pas toujours indiqué sur le site, et cueillir sans autorisation peut être considéré comme du vol ou une infraction, passible d’amendes et même de prison.

Avant de partir en cueillette, assure toi des espèces qui sont protégées dans le département. Certaines plantes,

Autres bonnes pratiques du cueilleur

La modération est de rigueur, pour ne pas appauvrir les espèces, et pour en laisser aux autres et notamment aux animaux ! Cueille donc çà et là, seulement la quantité et la partie de la plante dont on a besoin, et jamais plus de 10% de la colonie.

Nettoie correctement tes récoltes avec de l’eau et une dose de vinaigre blanc, vos plantes, surtout si elles ont été récoltées près du sol.

Les risques et précautions

On ne le redira jamais assez, la cueillette n’est pas une activité anodine. On s’informe ne cueille pas si on n’est pas sûr !

Avant de partir on s’équipe : bonnes chaussures, pantalons, manches longues, chapeau, gants, paniers en osier, sécateur propre, sacs en kraft (et bouquins si nécessaires 😉


LE JARDIN E(S)T LA RECETTE, c’est quoi ?

Nous sommes une entreprise sociale et solidaire (agrément ESUS) dont la mission est de créer une filière qui valorise les récoltes du jardin et notamment ses plantes sauvages. A travers notre gamme d’épices françaises 100% locales qui te font voyager dans l’jardin, et bien plus loin :

  • nous encourageons le retour à la terre et à la paysannerie,
  • nous proposons une alimentation résiliente,
  • et aidons à régénérer la biodiversité à travers le réensauvagement des parcelles.

Si tu trouves que tout cela à beaucoup de sens : SORS DU RANG !! METS T’EN SOUS LA DENT !

Epices francaises à base de plantes sauvages
Epices françaises aux plantes sauvages du jardin

(En savoir plus sur l’initiative)

Epices francaises

Note : les informations décrites dans cet article proviennent d’ouvrages de référence en aromathérapie. Cependant, elles sont données à titre informatif, et ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. N’hésitez pas à consulter un professionnel de santé pour en savoir plus

Sources :

  • Petit Larousse des Plantes qui Guérissent, 500 plantes, Gérard Debuigne, François Couplan, Thierry Folliard, éditions Larousse, Paris 2013
  • Larousse des plantes médicinales, éditions Larousse, Paris 2013
  • Gemmothérapie les bourgeons au service de la santé, guide pratique familiale, Stéphane Boistard, éditions de Terran, Escalquens 2016
  • Traité pratique de phytothérapie, Dr Jean-Michel Morel, éditions Grancher, Paris 2008
  • Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques – François Couplan 
  • Se Soigner avec les Plantes de nos Régions- François Couplan 

Envie de tester nos produits ?

Inscris toi à la newsletter pour recevoir une réduction de

-10%

sur ta première commande

(Pour obtenir ton code, renseigne ton adresse email ci-dessous plus finalise ton inscription en cliquant sur le mail que tu vas recevoir - vérifie tes spams !)

Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.